Artisan Du Mois Avec Prairie Owl Beads

June 2, 2022

Prairie Owl Beads est une compagne de perlage situé à Winnipeg dirigé par quatre sœurs; Julie Desrochers, Danielle Desrochers, Gabrielle Desrochers, Roxane Desrochers.

La compagnie a été fondée en 2020 après la pandémie, COVID-19 à commencer. Les quatre sœurs ont toutes fait le perlage pendant plusieurs années, et chacune a soit donné ou vendu leurs pièces à la famille, les amies, ou aux entreprises locales. Pour elles, c'était logique de combiner leurs travaux et en mai 2020 elles l'ont officialisé.

Travailler avec tes sœurs peut être très difficile, par contre les sœurs Desrochers le trouvent généralement très amusant. Elles aiment collaborer sur les projets différents et aiment partager leurs idées avec l'une et l'autre. Chaque sœur apporte une habileté différente de l'entreprise. Les décisions sont prises ensemble surtout quand elles décident le thème pour leur prochaine collection. Les pièces que chacune veut créer sont à leur discrétion. À la fin, elles travaillent forte pour assurer que l'entreprise est un succès.

Danielle est très fière du progrès de Prairie Owl Beads. « Personnellement, je pense que c'est vraiment impressionnant et mérite d'être mentionné, qu'aucune de nous n'a d'expérience à diriger une entreprise. Dans un an, nous avons grandi d'une manière exponentielle à un point où il faut décliner des demandes par ce que nous n'avons pas le temps entre nous quatre. »

 

Dans la Famille

Julie Desrochers était la première à commencer le perlage. Elle a commencé à 13 ans pendant un atelier métis avec l'artiste Gregory Scofield. Depuis ce moment, le perlage est une partie importante dans sa vie et la rappelle de ses racines. Elle enseigne le perlage et que ce soit un petit projet, ou un grand, si elle enseigne des débutants chaque expérience de perlage remporte de nouvelles connaissances.

« Je suis reconnaissante de cette habilité et tous mes mentors tout au long de ce voyage. Comme une femme métisse fière et comme enseignante, je crois, dans l'importance de partager l'art du perlage pour qu'il puisse continuer à représenter la créativité, la solidarité et la ténacité de notre Nation, » dit Julie

Une par une les sœurs ont appris le perlage métis traditionnel.

Quand Roxane a commencé le perlage, ce n'était pas pour suivre dans les traces de sa sœur, mais pour découvrir plus au sujet de sa culture.

« Pendant longtemps j'admirais les pièces de perlage que ma sœur a créaient, mais je n'ai jamais pensé que je le ferais également. Après le premier atelier, je me suis vite retrouvé à l'apprécier et je voudrais poursuivre le perlage plus loin. Avoir trois sœurs plus vieilles avec de l'expérience excessive m'a aidé beaucoup à raffiner mes habiletés et elle continue de m'enseigner des trucs, » dit Roxanne.

Danielle n'a jamais imaginé que dans seulement sept ans le perlage deviendrait une grande partie de sa vie. Elle n'aurait jamais imaginé travailler avec ses sœurs pour ouvrir une entreprise. Avec Prairie Owl Beads, elle le trouve difficile à séparer son amour pour le perlage avec l'aspect monétaire.

« Je ne veux pas que le perlage devienne quelque chose que j'utilise seulement dans l'aspect monétaire. Je veux maintenir mon amour pour cette forme d'art et de faire le perlage quand je veux et perler que je veux, de me fixer des limites qui fonctionnent pour moi, » dit Danielle.

Le perlage peut être très demandant en termes de temps et Danielle se trouve parfois limitée dans son temps disponible. Elle veut trouver un équilibre entre l'école, le perlage et diriger l'entreprise. Sa créativité vient par vagues, mais elle essaie de l'intégrer dans sa vie quotidienne.

Ce que Julie trouve inspirant en partageant les travaux perler avec ses sœurs, c'est qu'elles ont toutes des idées créatives. D'être capable d'exprimer des idées entre elles au sujet des motifs et couleurs est toujours utile. Julie trouve que chaque sœur remporte quelque chose de différent au groupe qui fait que chaque pièce de perlage est unique. Comme enseignante, elle aime partager ses connaissances et partager avec ses sœurs est évident.

De l'autre part, Gabrielle était incertaine si elle voulait commencer le perlage. Elle ne comprenait pas pourquoi ses sœurs passent tellement de temps avec le perlage. Lorsqu'elle a appris, le perlage est devenu une expérience gratifiant.

« Lorsque j'ai finalement laissé Julie m'apprend le perlage, c'était clair l'amour qu'elles ont pour l'art. Ce n'est pas quelque chose que tu apprends dans quelques heures, ça prend de la patience et la précision. Lorsque j'ai pris le temps d'apprendre le perlage métissé, j'ai réalisé les manières dont je peux reprendre cette partie de mon identité. Depuis ce temps le perlage est devenu une partie importante dans ma vie et je suis heureuse de partager mon travail avec les autres, » explique Gabrielle.

 

Lien à la culture

Pour Roxanne, le perlage est une forme d'art, un emploi et un lien à ses ancêtres. Le perlage la permettre d'être créative et de s'amuser avec des motifs complexes qui incorporent ses habilités et sont temps. Mais encore plus, elle le considère le perlage comme un lien à ses ancêtres. La lui permettre d'apprendre plus sur sa culture et la fait sentir plus connecté à son identité métisse.

« Je pense qu'il est sûr à dire que le perlage, comme plusieurs aspects de la culture métisse étaient perdus pour un bout de temps. Nos ancêtres n'avaient pas le droit de démontrer leur perlage avec de la fierté. Ils n'avaient pas le droit de pratiquer le perlage. C'était plus facile de cacher leur identité et de se présenter comme Européen que s'occuper de la discrimination. La peur d'être reconnu que ce soit par la langue, la nourriture, ou l'art a continué à des générations de familles qui n'étaient pas connaissantes de leur ascendance métisse, » dit Danielle. « Reprendre cette forme d'art est une étape pour reprendre nos identités. »

Pour les derniers quelques années, Danielle enseigne le perlage au Musée de Saint-Boniface Museum. Avec chaque nouvelle classe, elle est étonnée de la variété d'étudiants présents. Chaque classe à des individus qui n'ont jamais tenu une aiguille et d'autres qui sont des perleurs avides. Pour Danielle, les cours la font penser au cercle de perlage que les femmes métisses avaient au passé. Chaque bille cousue, chaque pièce complétée la connecte à ses ancêtres.

« Le perlage nous rassemble dans un espace commun; les amitiés sont formées, les trucs et conseils sont partagés, à la fin, j'apprends autant que j'enseigne. Je ne maitrise pas encore le perlage, mais je suis tellement heureuse d'avoir le perlage dans ma vie pour me connecter à mes racines métisses et plus importantes la communauté, » dit Danielle.

D'un jeune âge, la famille avait un lien fort à leur héritage. Les parents des filles ont inculqué l'importance de leur culture et de connaitre leur histoire. Julie trouve qu'elles avaient une liaison forte avec leur côté francophone métis et ont participé dans plusieurs traditions comme le jigging, la musique au violon, le tissage aux doigts et plus.

«Apprendre le perlage était une autre dimension à ma connexion à la culture. Savoir l'importance culturelle et historique que le perlage signifie a créé un devoir d'apprendre plus. J'avais 13 ans quand j'ai commencé le perlage, j'étais en amour instamment. C'était une façon de m'exprimer, de sentir même plus connecter à ma culture. J'espère que tous les individus métis ressentent ce sentiment d'appartenance dans la communauté, » dit Julie.

Julie a appris rapidement l'importance du perlage dans l'histoire de notre nation. Elle croit que c'est une forme d'art qu'il faut garder vivant.

« C'est un rappel de la force et la ténacité de notre peuple. Même si le perlage était caché pendant plusieurs années, c'est encore ici et à survie cette période sombre de l'histoire. Je suis très reconnaissante de toutes les occasions que je peux maintenant partager avec le monde, » dit Julie.

 

Les espoirs et les rêves

Dans cinq ans, Gabrielle croit que Prairie Owl Beads deviendra mieux connu localement et avec un peu de chance, à travers le pays. Chaque jour, de plus en plus de personnes découvrent leur entreprise et leur demande augmente.

« Personnellement, je n'ai pas d'objectif final ou attente pour l'entreprise. Je veux continuer à partager mon perlage et continuer à enseigner. Si j'enseigne le perlage à ceux et celle qui le trouvent aussi important que [nous] le trouvent, j'appellerais cela un succès » dit Gabrielle.

Au futur, Gabrielle aimerait créer un atelier virtuel disponible à travers la nation pour ceux et celles qui aimeraient apprendre cet art. Elle inclurait dans son atelier des aspects historiques du perlage qu'elle a trouvé important lorsqu'elle apprendrait. Elle aimerait aussi explorer s'il y a d'autres aspects culturels que Prairie Owl Beads pourra incorporer dans leur travail, comme tanner la peau

Julie a exprimé qu'elle est tellement fière qu'elle et ses sœurs sont capables de gérer une entreprise avec du succès. Comme femmes, c'est puissant de réussir tout en poursuivant nos propres carrières, passe-temps et les autres aventures.

« Nous espérons que notre histoire peut être un exemple de volonté et de ténacité qu'ont les femmes métisses pour inspirer d'autres femmes à viser et accomplir leurs rêves. C'est un travail difficile, parfois cela peut être exigeant, mais c'est possible et ça, c'est le message que nous voulons transmettre aux jeunes dans la communauté. Nous sommes fiers de partager cette forme d'art que les femmes métisses du passé ont gardé en secret, » termine Julie.

 


View More

B300-150 Henry Avenue, Winnipeg, Manitoba, R3B 0J7

^ * ( &

COffice Hours

Monday-Friday
8:30 am - 4:30 pm

yTelephone

204-586-8474

AE-mail

info@mmf.mb.ca

Unite Interactive