Louis Riel Capital Corporation celebrates 30th anniversary

September 6, 2022

The Louis Riel Capital Corporation celebrates its 30th anniversary this year. Pictured is the 2015 LRCC Board of Directors along with CEO Paul Paradis. Back row, left to right: James Bruce, Paul Paradis, Minister Jack Park; front row, left to right: Minister Leah LaPlante (current Chair) Muriel Parker (then-Chair), Minister Anita Campbell.

A Manitoba Métis-owned lending institution dedicated to helping Métis businesses succeed celebrates its 30th anniversary this year. Founded in 1992 by the Manitoba Métis Federation's (MMF) economic development initiatives, the Louis Riel Capital Corporation (LRCC) has provided Citizens with a head start in the form of capital for the last 30 years. Created to finance the start-up, acquisition, and/or expansion of viable Métis-controlled small businesses based in Manitoba, the MMF affiliate provides business grants, loans, and guidance to hundreds of Métis businesses - but the landscape hasn't always been this prosperous for Métis entrepreneurs.

Getting off the ground

Prior to 1992, Métis businesses were sparse.

"One of the biggest needs that everyone knew was not many of our people were businesspeople, and one of the reasons was they were never able to find the financing to be able to go into business of any kind," said Minister Leah LaPlante, who has been on the LRCC's Board of Directors for 28 years, and has served as Chair for the past four years.

Minister Leah LaPlante has been on the LRCC's Board of Directors for 28 years, and has served as Chair for the past four years.

The MMF tried out a few different economic development corporations in the years before LRCC's inception.

"The one that really made the big difference in people's lives was the Louis Riel Capital Corporation, and that came together because of a culmination of everything we tried previously," Minister LaPlante said.

For the LRCC, gaining a reputation as a viable lender was an uphill battle at first.

"In our earlier years, we were considered to be a lender of last resort."

The LRCC has grown out of that category and can now compete with the banks - a result of funding from the federal government. Paul Paradis, Chief Executive Officer of LRCC, said 31-plus years ago the MMF negotiated with Canada for funding to start its own Métis Capital Corporation, which led to a commitment of $8 million from the federal government. However, that money didn't come all at once.

"It really took until 2007, before that last traunch, $1.8 million, was given to LRCC, and so over the years, from 1992 to 2007," said Paradis, "We were able to provide significant capital to Métis businesses in that 15-year period and recycle that money and still pay all of our expenses to operate salaries and rent and any cost associated with delivering the services. So, hats off to all of the management, and the board from that period to 2007, working with a very finite amount of money."

The LRCC had to stretch that money even further until 2015, when the MMF negotiated an additional contribution agreement with Canada which injected another $5 million into LRCC's capital base.

"We've done a tremendous job of working with a relatively small amount of capital, and I think we maximized the return on that capital. We recycled that $8 million five times, or $40 million in that first 22-year period. Now since 2015, we have been able to acquire additional capital from the federal government. Our capital base right now is just under $30 million," Paradis said, which includes the LRCC's liquidity within its bank accounts, its loan portfolios, and additional assets. "We're able to do a lot more client projects and programs now. To date, we've provided over $70 million in loan capital to assist Métis businesses. In addition to the loan capital, we've also injected over $14 million in non-repayable grants into our Métis businesses' bank accounts."


LRCC Board of Directors from 2002. Back row, left to right: Greg Gaudry, Harold Johnson, Bernie Vermette, Elbert Chartrand; front row, left to right; Muriel Parker, Minister Leah LaPlante, Lorna Paul.

Breaking away from the pack

The LRCC offers fixed-rate financing, in contrast to the variable rates that the banks offer.

"Banks will finance businesses on a prime plus basis. So, if rates are rising as they are currently, the industry's rates will rise," said Paradis. "The banks raise their prime, whereas our clients' rates remain fixed, so there's a risk to that. But we've been able to over the years compensate that risk by adjusting our fixed rates either lower or higher as the economic conditions change."

The interest rates for each client are assessed and dependent on the risk factors of each deal.

"We adjudicate each deal separately based on their own merits. And we adjust our rates. So, if it's a little higher risk, we might charge them 8.5 per cent, as an example. If it's a lower risk, we could charge them (our minimum rate of) 5 per cent," Paradis said. "But we are competitive, even on the fixed rates. Even if we were financing at 8 per cent. The banks, if they were assessing prime +3 as an example, that would be somewhere around 6.25 to 6.5 per cent range. We would be very competitive at 8 per cent, as ours is fixed. It won't increase, whereas the banks' rates would likely be going up at this time, right? So, I think we're still very competitive right now."

The LRCC hopes to introduce a variable rate loan in the coming months.

"A base plus rate - that'll make us even more competitive with the mainstream banks as our Métis clients will have an option for a good fixed rate or a variable rate," Paradis said.

Created to finance the start-up, acquisition, and/or expansion of viable Métis-controlled small businesses based in Manitoba, the MMF affiliate provides business grants, loans, and guidance to hundreds of Métis businesses.

Exponential growth

The lending institution offers multiple programs and services, and continues to expand.

The commercial loan program assists in the financing of the start-up, acquisition, or expansion of a Métis-owned business, focusing on projects that require financing of at least $25,000. In the last fiscal year, the program assisted 24 businesses, approved over $4 million in commercial loans, provided guidance and advice to 300 Métis entrepreneurs, and created 32 new jobs.

"So many businesses, certainly in the early days, could not have started their businesses or purchased the business without LRCC's support," said Paradis. "We've been able to help so many people get into business and now support their families and their lifestyle, and many of those businesses that started way back then are still in existence today, or they've expanded and been able to grow because of the initial capital that we contributed."

The LRCC provides a non-repayable grant program called the Business Equity Contribution Fund, which contributes on average 30 per cent of the total project costs up to a maximum of $99,999. The program serves as an equity builder for entrepreneurs with a limited amount of capital for start-up, expansion, or acquisition. Since the program's inception in 2013, the LRCC has contributed nearly $15 million in non-repayable funds to Métis businesses.

Paradis said one initiative which is picking up traction is the MMF Entrepreneurship Initiative, which started in October 2020. Under the new initiative, three financing programs were created to further strengthen Métis economic development and entrepreneurship through increased support for Youth, small home-based businesses and small commercial fishers supporting new business start-ups or expansion: the Youth Entrepreneurship Program, Small/Home-Based Business Program, and Commercial Fishers Program. Each program provides up to $25,000 in capital, with a non-repayable grant of 25 per cent of the loan amount to a maximum of $5,000.

The LRCC is continuing to introduce new programs and services, including the Métis Women Entrepreneurship (MWE) Program, which launched in May 2022 in partnership with Infinity Women Secretariat (IWS). The MWE Program provides commercial financing to help Métis women start or expand businesses in Manitoba. Up to $20,000 in funding may be a non-repayable grant. A key component of the program is the LRCC's collaboration with IWS to offer workshops and networking opportunities for Métis women in business of all ages and levels of development on an ongoing basis.

The Métis Women Entrepreneurship Program launched in May 2022 in partnership with Infinity Women Secretariat.
The program supports Métis women entrepreneurs through commercial financing.

The LRCC has also expanded from business funding to administer a program for first-time home buyers on behalf of the MMF. The First Time Home Purchase Program (FTHPP) provides eligible Citizens with funding for down payments on the purchase of a home to a maximum of five per cent of the purchase price up to $15,000. The funding includes closing costs of 1.5 per cent of the purchase price up to $2,500. The FTHPP improves access to affordable housing that is safe, sound, suitable, and sustainable for Métis Citizens.

The FTHPP gives Citizens their head start, with nearly $9.5 million in funding committed to date. Since the program's inception in 2019, applications have had an 89 per cent approval rating, with over 1,000 applications approved. This has led to nearly 700 homes purchased by Citizens, and close to 1,500 people being placed in homes. The MMF has helped almost 250 applicants address housing concerns through the program, from overcrowding, to health and safety, violence, family reunification, and social housing, to accessibility.

"Many of them are now in their own homes," said Minister LaPlante. "It would have never happened for that many people had we not just given that little bit of help to get them in there."

Since the increased funding in 2015-16, the LRCC has noticed a surge in Métis entrepreneurs starting their own businesses.

"In this past first quarter of this year, we financed over $4 million in new loans to our Métis businesses. In some past years we wouldn't have even put on $2 million in loans," Paradis said. "The activity is much stronger now. There's more inquiries and interest in entrepreneurship equating to more deals in the queue."

The lending institution has also expanded its team. When Paradis started at LRCC in 2006 as a lender, the four staff included him, a general manager, a business service officer, and an administrative person. Today, that number has more than tripled, with five lenders and a staff of 14.


Paul Paradis, Chief Executive Officer, has been with LRCC since 2006.

Now the LRCC has grown to a point where, on top of the lending, they own and operate subsidiary corporations that manage properties. The property management division, run under one of the LRCC's numbered companies, manages a total of eight MMF-owned properties - seven across Manitoba, along with one in Ontario. In the last fiscal year, the annual revenue for the properties totalled nearly $2.8 million, with a combined estimated market value of over $26.5 million. The division optimizes existing spaces, while improving revenue generation and managing maintenance and repair requirements using Métis-owned vendors and contractors.

The expanded programs and services are still just the beginning for LRCC.

"We're only going to grow," Minister LaPlante said. "President (David) Chartrand has spoken to us many times, and his goal and ours too actually is to become a full-service Métis financial institution, which is quite exciting. We have been taking some baby steps reaching out and doing some different things, but it's quite exciting to think that you could have a full-service financial institution in your own (Home Office). And that is our goal. We're not rushing, we're moving cautiously, but every time we make a move, like in regards to financing home purchases, we're moving closer to that goal of being able to offer any service our people need right in their own building."

As part of that goal, the LRCC has already added personal lending services for MMF and affiliate employees, which employ just under 1,000 people.

"We are looking to take the personal lending program to the next level, which would be to offer a personal lending program for MMF Citizens," Paradis said. "There's a need there, and we want to service that need as some areas are underserviced by mainstream banks and financial institutions."

In order to become a full-service Métis financial institution, Paradis said the LRCC would need a minimum capital base of close to $60 million and perhaps partner with a mainstream financial institution in the beginning.

"We're getting closer to that," he said.

Continuing to expand, the lending institution is also looking to launch more services that can be delivered in a relatively short period of time.

"We would like to consider introducing a program where we're providing financing for professionals, like doctors and lawyers and dentists," Paradis said. "A professional financing program - banks have a special program for those professionals because they're lower risk. There are very few write-offs or delinquencies in those opportunities where you're lending to a young doctor or young lawyer or young dentist just setting up their practices. So, currently, they go to a bank or credit union to get a lower rate, so we are now looking to provide a competitive offer."

Paradis said LRCC recently set up a special rate for a set of physiotherapists who wanted to open a practice.

"We were able to keep that business, whereas normally they would go outside and we would lose that business," he said, "and not only lose the business, but you lose the relationship, and that's a big part of it is keeping our Métis relationships within our family."

Fostering mutually beneficial relationships have always been key to LRCC's success, for both staff and their clients.

Cultivating relationships

Fostering trust and loyalty through mutually beneficial relationships has always been key to LRCC's success, for both staff and their clients.

"It's all about relationships," said Paradis. "Our clients are loyal to us, and we're loyal to our clients. Many of the clients that we deal with, could go to a bank, and get their funding, but they prefer to come here because we will work with those clients. If they have some troubles and they need to miss a payment or two or three, we will work with them. We will stick with them. We won't write their loan off and send it off to collection after three months of non-payment. We work with our clients and the clients know that, and that makes a big difference."

Chuck Lewis, who owns Expert Electric with his wife, praised the LRCC and the relationship the staff have built with him.

"They're always there as you go along, and when you reach out, there's somebody there to pick (your) brain on running a business," he said.

Lewis said the relationship with LRCC is not like a relationship with other financial lenders.

"They treat you more like a friend than a business," he said. "I've been with them now for 13 or 14 years, and I'm still friends with every person that I started with there."

The Expert Electric owner said LRCC has been instrumental to his business' success.

"I would strongly suggest anybody, if you're looking at starting a business, or if you're looking at a financial backer, LRCC would be the place to go," he said.


Chuck Lewis, who owns Expert Electric with his wife, said LRCC has been instrumental to his business' success.

Derrick and Lyndon Jameson, owners of Into the Blue, credit LRCC for helping the brothers achieve their dream of opening a tropical and freshwater aquarium business.

"In 2014, we (my twin brother and I, 24 years of age) had no business experience, no capital, no banking or significant financial history with only modest savings," said Lyndon. "But we had an idea and a dream: to create the largest retail and service business specializing in tropical and freshwater aquariums in Western Canada."

The marine specialists expressed their appreciation for LRCC, who opened many doors for them.

"Their 'start-up' programs and funding provided essential means by which Into the Blue was able to take hold in a relatively small niche market," Lyndon added. "Our company benefited immensely from LRCC's ongoing business expertise and guidance and associated community networking. Now, in our eighth year of business, we have successfully grown our client and customer base and expanded our skill sets through important projects such as: the Assiniboine Zoo Rotating exhibit (stingray life support installation), national and international transportation of large marine species such as sharks and pufferfish over land, and large-scale custom aquarium installations in Winnipeg and other provinces."

The Jamesons said the relationship has been mutually advantageous.

"We are so grateful for the support and assistance by LRCC over the years and we look forward to future opportunities to work together and give back to this amazing organization."

Minister LaPlante said taking chances with clients is all part of the reward.

"You take chances, and you fund things and you look back and think, 'oh, maybe we overstepped it on this one.' But if you hang in there with the people, they'll come through for you almost every time, and so it's been an up, down, turn around kind of thing," she said. "But at the end of the day, after all of these years, I have to say it's probably one of the biggest opportunities I've ever had to learn not only about finance but about people - about staying true to who you are and helping people follow through."

Pandemic protection

The pandemic brought in a bunch of new relationships for the LRCC when they administered COVID-19 support programs for Métis entrepreneurs on behalf of the MMF. The LRCC was able to offer the Métis Emergency Business Loan (MEBL) program - an enhanced, Métis-specific version of the Canada Emergency Business Account offered by the federal government. The MEBL, which launched in June 2020 and ended in June 2021, provided financial support to entrepreneurs and service their immediate needs as a result of COVID-19 impacts. The loan helped cover non-deferrable operating expenses, such as taxes, rent, debt payments, utilities, and payroll.

"What the mainstream financial institutions were delivering was a $40,000 loan, of which $10,000 of it was forgivable if they paid the loan off in the first two years," Paradis said. "What we were able to negotiate, from the negotiations that President Chartrand and the MMF did with Canada, was an even better package for our Métis businesses: it was a $40,000 loan, there was a $10,000 grant, but there was no condition of that grant that you had to pay the loan off in two years. It was unconditional. It was an outright grant, so they only had to pay back $30,000 of it with 0 per cent interest, whereas the mainstreams were paying 5 per cent."

The program provided nearly $8.5 million to 170 businesses in its one-year span - renewing a promise to keep Métis businesses afloat.

Derrick and Lyndon Jameson, owners of Into the Blue, took advantage of the Métis Emergency Business Loan program offered during the pandemic.

The MEBL also supported the Into the Blue owners during pandemic challenges.

"LRCC has been a reliable and supportive lifeline for our business since the beginning," the Jamesons said. "In times of need, such as the economic consequences of the COVID-19 pandemic, LRCC was only a phone call away and never failed to provide hope, often in the form of a financial bridge." 

In addition to the MEBL, LRCC administered other pandemic relief programs. The MMF COVID-19 Economic Response for Entrepreneurs delivered grants for up to $10,000, and provided over $660,000 to 195 businesses between March and July 2020. The MMF COVID-19 Business Support Program was the longest-running pandemic program administered by LRCC, launching in November 2020 and ending March 2022. The program provided up to $10,000 in grants per draw, with some exceptions for larger businesses, allowing up to five draws from the program as pandemic restrictions continued to be introduced. In total, the MMF COVID-19 Business Support Program provided nearly $8 million to over 600 businesses.

"We kept their doors open, or we allowed them to stay afloat, otherwise maybe they closed their doors. We allowed them to feed their family and cover some of the main types of expenses that they needed, but allowed them to open up when they were ready to open up," said Paradis. "So, all the financial support was appreciated by our clients as it came back to the MMF and us in spades."

The LRCC received positive reviews from clients in a recent survey regarding the pandemic.

"In that survey, there was such a high rate of approval of the product and services that were delivered to them by LRCC on behalf of the Manitoba Métis Federation," said Paradis. "We're very proud of that."

The pandemic relief programs allowed LRCC to reach many new clients that they weren't aware of, including numerous entrepreneurs who launched their businesses during the pandemic.

"That brought in another couple of hundred new Métis businesses into our directory that we didn't know were there," Paradis said. "The pandemic has brought in a whole bunch of other opportunities for us, and so we're touching a lot more Métis businesses right now."

Changing the landscape of Métis entrepreneurship

With the continual aim to help Métis businesses succeed and strengthen the economic power of the Métis Nation, LRCC, along with the Métis Economic Development Fund (MEDF), has helped shape the landscape of Métis entrepreneurship. LRCC and MEDF partnered to create a Manitoba Métis Business Directory. The database helps increase exposure for Métis entrepreneurs and furthers the MMF's priority to hire Métis contractors on development projects.

"For years, every time we'd talk at Caucus about a new project or a new build, the President would always ask us, 'So have you hired Métis businesspeople?' And we used to say, it's really difficult if you don't know who those businesspeople are, like you need so many different kinds, and so LRCC took that upon themselves as well to start a Métis business database," said Minister LaPlante. "And the first thing any of us say anymore to people who come in wanting to know how they get a business loan is, 'If you get the loan, please register yourself on the database, it will help your company grow.'"

The Manitoba Métis Business Directory helps increase exposure for Métis entrepreneurs and furthers the MMF's priority to hire Métis contractors on development projects.

However, being known as a Métis business wasn't always a point of pride - a perception that has now changed due to the work of the MMF, LRCC - and MEDF, which provides equity and financing to Métis businesses.

"Back in the day, I don't think a lot of the people who were applying really wanted to be known as a Métis business," said Minister LaPlante. "But because of the work of the Manitoba Métis Federation and the Louis Riel Capital Corporation and the Métis Economic Development Fund, and all of the things that we've done in the last 20 years, people have changed their minds and they walk around with pride."

Now, whether it's wearing the Métis symbol on their jackets, registering on the database, or displaying it on their website, social media, and business cards - Métis entrepreneurs make their heritage known.

"Into The Blue welcomed every opportunity to promote Indigenous business and training," said Lyndon Jameson. "We proudly display the Manitoba Métis logo on our mural at the side of our building."

"I think that's a big pat on the back to all of us who've been slugging away for the last 20 or more years, trying to make that happen, so we've come to a very healthy and good place I think for the Métis and the province of Manitoba, and now it'll be from outside Manitoba as well," said Minister LaPlante, referring to the MMF's pledge this year to accept Citizenship applications from Red River Métis Citizens outside of Manitoba.

"President Chartrand had this vision to service all Métis Citizens that are from the Red River," Paradis said. "That's a huge undertaking, but he's moving forward with it, and we're very excited about the opportunity for us in our small part to deliver the financial packages to the businesses and maybe even on the personal side to Métis that are beyond the borders."

The LRCC's staff has been essential to the lending institution's success. Left to right: Paul Paradis, CEO; Shaun Hampton, Manager, Entrepreneurship Initiatives; Tyler McKay, Senior Manager, Operations.

Secrets to success

The LRCC attributes much of its success to those at the helm.

"We have quite an active board, and of course lots of experience on our board," said Paradis. As you know, (Minister LaPlante) has been with us since 1994, and she brings a tremendous amount of experience."

In addition to the Chair, the Board of Directors includes Minister Jack Park as Vice-Chair, James Bruce as Secretary, as well as Anita Campbell, Minister of Finance, and Gerald Barron as Directors. Paradis described the board as efficient, attentive, supportive, insightful, and accommodating.

"We could not be where we are without our Board of Directors," said Paradis. "Our entire staff are very appreciative of the dedication and hard work that our board puts in. That's why we've been able to get to 30 years and we'll be here in another 30 years."

The staff of 14 has also been essential to the LRCC's success.

"We've got really good people in some really key positions," Paradis said. "Without that, my job would be a lot tougher, but my team makes it a lot easier for me."

Retention of staff and board members has been very high - a testament to the lending institution's work environment.

"The people stay," said Minister LaPlante. "Board members never want to leave. The staff stay with us."

Left to right: Genevieve May, Business Support Officer, Métis Women Entrepreneurship, and Shaun Hampton, Manager, Entrepreneurship Initiatives.

Of course, both Paradis and Minister LaPlante agree that the LRCC would not be where it is today without the support of President Chartrand, who is also the Minister of Economic Development.

"He's done so much for the Métis people and Citizens, but so much for LRCC," said Paradis. "We wouldn't be where we are without his support, and as the Minister of Economic Development, he takes a keen interest on economic development and LRCC."

"We're very fortunate to have President Chartrand as a driving force," Minister LaPlante added. "He's a master, experienced politician. He knows what he wants for his people and for every department in the MMF, and he goes to Ottawa and he always comes back with it. He's very good at what he does in regards to that, so he really has turned things around for the Métis in the years that he's been here."

Paradis is very appreciative of President Chartrand for all the support he's given to the lending institution.

"He's a very visionary person, President Chartrand," Paradis said. "But I think we all are. I mean our board is as well, and I like to think big picture all the time and bring things to LRCC that I think we're capable of doing now."

Minister LaPlante said the LRCC started going down the right path when Paradis came on board.

"He's made massive changes in the way things are done in the office," she said. "I've been there long enough to go through many general managers or CEOs. He's the one that has strengthened, used common sense, humour, and any tool in his toolbox to make things happen in a good way for staff."

Minister LaPlante said Paradis has earned the respect of President Chartrand and his Cabinet.

"I'm one of his biggest fans," she said of Paradis. "He talks very common sense, and he appreciates all of the hard work from all of his people. So, I just want to acknowledge that he's been a real builder, and when he does retire, he'll be leaving LRCC in a much better place than when he found it."

In his nearly 17 years at LRCC, Paradis said he's felt the most fulfilled here in his career, and he and his staff feel privileged to work for the MMF.

"That's why we don't have people leaving, because they feel that what they're doing makes a difference in people's lives."

As the LRCC looks to the next 30 years, the lending institution has much to be proud of in reaching this milestone.

"In all of the years moving forward, there is no comparison to where we were when we started as to where we are now," Minister LaPlante said. "We are a major player in the financing of Métis people in the province of Manitoba."

To read more about LRCC, visit lrcc.mb.ca.


La Louis Riel Capital Corporation célèbre son 30e anniversaire

La Louis Riel Capital Corporation célèbre son 30e anniversaire cette année. Apparaissent sur la photo les membres du conseil d'administration 2015 de la LRCC et le PDG Paul Paradis. De gauche à droite, rangée du haut : James Bruce, Paul Paradis et le ministre Jack Park; de gauche à droite, rangée du bas : la ministre Leah LaPlante (présidente actuelle), Muriel Parker (ancienne présidente) et la ministre Anita Campbell. 

Un établissement de crédit appartenant à des Métis du Manitoba, voué à la réussite des entreprises métisses, célèbre cette année son 30e anniversaire. Fondée en 1992 dans le cadre des initiatives de développement économique de la Fédération Métisse du Manitoba (FMM), la Louis Riel Capital Corporation (LRCC) offre aux citoyen(ne)s une longueur d'avance en leur procurant des capitaux depuis 30 ans. Créée pour financer le démarrage, l'acquisition ou l'expansion de petites entreprises viables contrôlées par des Métis et établies au Manitoba, cette filiale de la FMM offre des subventions, des prêts et des conseils à des centaines d'entreprises métisses - mais le paysage n'a pas toujours été aussi prospère pour les entrepreneurs métis.

Le démarrage

Avant 1992, les entreprises métisses étaient rares.

« L'une des principales lacunes, dont tout le monde avait conscience, était que peu des nôtres étaient des gens d'affaires, entre autres parce qu'ils n'étaient jamais en mesure de trouver le financement nécessaire pour se lancer dans une entreprise, quelle qu'elle soit », fait remarquer la ministre Leah LaPlante, qui fait partie du conseil d'administration de la LRCC depuis 28 ans et l'a présidé au cours des quatre dernières années.

La ministre Leah LaPlante fait partie du conseil d'administration de la LRCC depuis 28 ans et en a été la présidente au cours des quatre dernières années.

La FMM a fait l'essai de plusieurs sociétés de développement économique différentes au cours des années qui ont précédé la création de la LRCC.

« La société qui a vraiment fait une grande différence dans la vie des gens est la Louis Riel Capital Corporation, et elle représente l'aboutissement de tout ce que nous avions tenté auparavant », explique la ministre LaPlante.

Pour la LRCC, acquérir une réputation de prêteur viable a été une bataille difficile au début.

«  Dans nos premières années, nous étions considérés comme un prêteur de dernier recours. »

La LRCC s'est extirpée de cette catégorie et peut maintenant concurrencer les banques, grâce au financement du gouvernement fédéral. Paul Paradis, chef de la direction de la LRCC, rappelle qu'il y a plus de 31 ans, la FMM a négocié avec le Canada pour obtenir des fonds afin de créer sa propre société de financement métisse, ce qui a conduit à un engagement de 8 millions de dollars de la part du gouvernement fédéral. Cependant, cet argent n'est pas arrivé d'un seul coup.

« Il a fallu attendre 2007 pour que la dernière tranche de 1,8 million de dollars soit versée à LRCC », souligne M. Paradis. « Nous avons été en mesure de fournir un capital important aux entreprises métisses au cours de cette période de quinze ans, et de recycler cet argent tout en payant nos dépenses de fonctionnement, les salaires, le loyer et l'ensemble des coûts associés à la prestation des services. Chapeau bas à toute la direction et au conseil d'administration de cette période qui, jusqu'en 2007, ont travaillé avec un montant d'argent très limité. »

La LRCC a dû étirer cet argent encore plus jusqu'en 2015, lorsque la FMM a négocié un accord de contribution supplémentaire avec le Canada qui a injecté 5 millions de dollars de plus dans le capital de base de la LRCC.

« Nous avons accompli des merveilles avec un montant relativement faible de capital, et je pense que nous avons maximisé le rendement de ce capital », fait remarquer M. Paradis. « Nous avons recyclé ces 8 millions de dollars cinq fois, soit 40 millions de dollars au cours de cette première période de 22 ans. Maintenant, depuis 2015, nous avons été en mesure d'acquérir des capitaux supplémentaires auprès du gouvernement fédéral. Notre capital de base est actuellement d'un peu moins de 30 millions de dollars. » Précisons que ce montant comprend les liquidités de la LRCC dans ses comptes bancaires, ses portefeuilles de prêts et des actifs supplémentaires. « Nous sommes en mesure de réaliser beaucoup plus de projets et de programmes pour nos clients à présent. » À ce jour, la LRCC a fourni plus de 70 millions de dollars en capitaux empruntés pour aider les entreprises métisses. En plus des capitaux d'emprunt, nous avons aussi injecté plus de 14 millions de dollars en subventions non remboursables dans les comptes bancaires de nos entreprises métisses.


 Conseil d'administration 2002 de la LRCC. De gauche à droite, rangée du haut : Greg Gaudry, Harold Johnson, Bernie Vermette et Elbert Chartrand; de gauche à droite, rangée du bas : Muriel Parker, la ministre Leah LaPlante et Lorna Paul.

Sortir du lot

La LRCC offre des financements à taux fixe, contrairement aux taux variables que proposent les banques.

« Les banques vont financer les entreprises à un taux préférentiel majoré », souligne M. Paradis. « Donc, si les taux augmentent comme c'est le cas actuellement, les taux de l'industrie vont augmenter. Les banques augmentent leur taux préférentiel alors que les taux de nos clients restent fixes, ce qui comporte un risque. Mais nous avons pu, au fil des ans, compenser ce risque en ajustant nos taux fixes à la baisse ou à la hausse en fonction de l'évolution des conditions économiques »

Les taux d'intérêt pour chaque client sont évalués en fonction des facteurs de risque associés à chaque prêt.

« Nous évaluons chaque demande individuellement, au mérite, et nous ajustons nos taux en conséquence », précise M. Paradis. Ainsi, si le risque est un peu plus élevé, nous pourrions réclamer 8,5 pour cent d'intérêt, par exemple. Si le risque est plus faible, nous pourrions facturer (notre taux minimum de) 5 pour cent. Mais nous sommes compétitifs, même sur les taux fixes, et même si nous financions à 8 pour cent. Les banques, si elles évaluent le taux préférentiel +3 par exemple, se situent dans une fourchette de 6,25 à 6,5 pour cent. Nous serions très compétitifs à 8 pour cent, car notre taux est fixe. Il n'augmentera pas, alors que les taux des banques sont susceptibles de monter en ce moment. Je pense donc que nous sommes encore très compétitifs à l'heure actuelle. »

La LRCC espère introduire un prêt à taux variable dans les mois qui viennent.

« Un taux de base majoré », fait valoir M. Paradis, « nous rendra encore plus compétitifs par rapport aux banques traditionnelles, car nos clients métis auront le choix entre un taux fixe avantageux et un taux variable. »

Créée pour financer le démarrage, l'acquisition ou l'expansion de petites entreprises viables contrôlées par des Métis et établies au Manitoba, cette filiale de la FMM offre des subventions, des prêts et des conseils à des centaines d'entreprises métisses.

Croissance exponentielle

L'établissement de crédit offre de multiples programmes et services, et sa croissance se poursuit.

Le programme de prêts commerciaux aide à financer le démarrage, l'acquisition ou l'expansion d'une entreprise appartenant à des Métis, en privilégiant les projets qui nécessitent un financement d'au moins 25 000 $. Au cours du dernier exercice financier, le programme a aidé 24 entreprises, approuvé plus de 4 millions de dollars en prêts commerciaux, fourni de l'accompagnement et des conseils à 300 entrepreneurs métis et créé 32 nouveaux emplois.

« Tant d'entrepreneurs, au moins à leurs débuts, n'auraient pas pu démarrer ou acheter leur entreprise sans le soutien de la LRCC », affirme M. Paradis. « Nous avons pu aider de nombreuses personnes à se lancer en affaires, et maintenant à soutenir leur famille et leur mode de vie, et beaucoup de ces entreprises qui ont démarré à l'époque existent encore aujourd'hui, ou elles ont pris de l'expansion et ont pu se développer grâce au capital initial que nous avons apporté. »

La LRCC offre un programme de subventions non remboursables appelé Business Equity Contribution Fund (fonds de participation des entreprises), qui contribue en moyenne au coût total du projet à la hauteur de 30 pour cent, jusqu'à concurrence de 99 999 $. Le programme sert à constituer des capitaux propres pour les entrepreneurs disposant d'un montant limité de capital pour le démarrage, l'expansion ou l'acquisition de leur entreprise. Depuis la création du programme en 2013, la LRCC a versé près de 15 millions de dollars en fonds non remboursables à des entreprises métisses.

M. Paradis signale qu'une initiative qui prend de l'ampleur en ce moment est la MMF Entrepreneurship Initiative (initiative de la FMM pour l'entrepreneuriat) qui a démarré en octobre 2020. Dans le cadre de cette nouvelle initiative, trois programmes de financement ont été créés pour renforcer davantage le développement économique et l'entrepreneuriat des Métis, grâce à un soutien accru aux jeunes, aux petites entreprises à domicile et aux petits pêcheurs commerciaux, en appuyant le démarrage ou l'expansion de nouvelles entreprises : le Youth Entrepreneurship Program (programme pour l'entrepreneuriat des jeunes), le Small/Home-Based Business Program (programme pour les petites entreprises et les entreprises à domicile), et le Commercial Fishers Program (programme pour les pêcheurs commerciaux). Chaque programme fournit jusqu'à 25 000 $ de capital, avec une subvention non remboursable de 25 pour cent du montant du prêt jusqu'à concurrence de 5 000 $.

La LRCC continue d'introduire de nouveaux programmes et services, dont le Métis Women Entrepreneurship Program (programme pour l'entrepreneuriat des femmes métisses), lancé en mai 2022 en partenariat avec l'Infinity Women Secretariat (IWS). Ce programme offre un financement commercial pour aider les femmes métisses à créer ou à développer des entreprises au Manitoba. Jusqu'à 20 000 $ de financement peuvent être offerts sous forme de subvention non remboursable. L'un des éléments clés du programme est la collaboration de la LRCC avec l'IWS pour offrir des ateliers et des occasions de réseautage en permanence aux femmes d'affaires métisses, de tous âges et de tous niveaux de développement.

Le programme pour l'entrepreneuriat des femmes métisses, lancé en mai 2022 en partenariat avec l'Infinity Women Secretariat, soutient les femmes entrepreneuses métisses en leur procurant un financement commercial.

La LRCC a aussi élargi ses activités pour ajouter au financement d'entreprises l'administration, au nom de la FMM, d'un programme pour financer l'achat d'une première propriété. Le First Time Home Purchase Program (programme pour l'achat d'une première propriété) offre aux citoyen(ne)s admissibles un financement pour les acomptes à l'achat d'une habitation, pouvant s'élever au maximum à cinq pour cent du prix d'achat jusqu'à concurrence de 15 000 $. Le financement comprend les frais de clôture de 1,5 pour cent du prix d'achat, jusqu'à concurrence de 2 500 $. Le programme améliore l'accès à des habitations abordables qui sont sûres, saines, convenables et durables pour les citoyen(ne)s métis(ses).

Le programme pour l'achat d'une première propriété permet aux citoyen(ne)s de prendre un bon départ, avec près de 9,5 millions de dollars de financement engagés à ce jour. Depuis le lancement du programme en 2019, les demandes ont obtenu un taux d'approbation de 89 pour cent, avec plus de 1 000 demandes approuvées. Cela a conduit à l'achat de près de 700 propriétés par des citoyen(ne)s et au placement de près de 1 500 personnes dans des résidences. La FMM a aidé près de 250 personnes à résoudre leurs problèmes de logement grâce au programme, qu'il s'agisse du surpeuplement, de la santé et de la sécurité, de la violence, du regroupement familial et du logement social, ou de l'accessibilité.

« Beaucoup ont maintenant leur propre habitation », confirme la ministre LaPlante. « Cela ne serait jamais arrivé pour autant de personnes si nous n'avions pas simplement donné ce petit coup de pouce pour qu'elles puissent s'installer. »

Depuis l'augmentation du financement en 2015-2016, la LRCC a noté une nette augmentation du nombre d'entrepreneurs métis qui lancent leur propre entreprise.

« Seulement au cours du premier trimestre de cette année, nous avons financé plus de 4 millions de dollars en nouveaux prêts à nos entreprises métisses », expose M. Paradis. « Dans le passé, il y a eu des années où nous n'aurions même pas accordé 2 millions de dollars en prêts. L'activité est beaucoup plus forte maintenant. Il y a plus de demandes de renseignements et d'intérêt pour l'entrepreneuriat, ce qui se traduit par un plus grand nombre de demandes en attente. »

L'établissement de crédit a également élargi son équipe. Quand M. Paradis a commencé à travailler à la LRCC en 2006 en qualité d'agent de prêts, l'effectif se composait de quatre personnes : lui-même, un directeur général, un agent de service aux entreprises et un adjoint administratif. Aujourd'hui, ce nombre a plus que triplé, avec cinq agents de prêts et une équipe de 14 personnes.


Paul Paradis, chef de la direction, s'est joint à la LRCC en 2006.

Aujourd'hui, la LRCC s'est développée au point où, en plus des prêts, elle possède et exploite des filiales qui gèrent des propriétés. La division de la gestion immobilière, qui relève de l'une des sociétés à numéro de la LRCC, gère un total de huit propriétés appartenant à la FMM - sept au Manitoba et une en Ontario. Au cours du dernier exercice financier, les revenus annuels des propriétés ont totalisé près de 2,8 millions de dollars, pour une valeur marchande combinée estimée à plus de 26,5 millions de dollars. La division optimise les espaces existants, tout en rehaussant la production de revenus, et gère les besoins en matière d'entretien et de réparation en faisant appel à des fournisseurs et à des entrepreneurs métis.

Les programmes et services élargis ne sont qu'un début pour la LRCC.

« Nous ne ferons que croître », assure la ministre LaPlante. « Le président (David) Chartrand nous en a parlé à plusieurs reprises, et son objectif, tout comme le nôtre, en fait, est de faire de la LRCC une institution financière métisse offrant une gamme complète de services, une perspective exaltante. Nous avons accompli quelques progrès en tendant la main [à nos citoyen(ne)s] et en faisant certaines choses différemment, mais c'est assez galvanisant de penser qu'on pourrait se retrouver avec une institution financière qui offre une gamme complète de services à son siège social. Et tel est bien notre objectif. Nous ne précipitons rien, nous avançons à petits pas prudents, mais chaque fois que nous réalisons un progrès, par exemple en ce qui concerne le financement de l'achat d'une propriété, nous nous rapprochons de cet objectif de pouvoir offrir tous les services dont les nôtres ont besoin dans leur propre bâtiment. »

En vue de cet objectif, la LRCC a déjà ajouté des services de prêts personnels pour les employés de la FMM et de ses filiales, qui emploient un peu moins de 1 000 personnes.

«  Nous cherchons à faire passer le programme de prêts personnels à la prochaine étape, c'est-à-dire à offrir un programme de prêts personnels aux citoyen(ne)s de la FMM », annonce M. Paradis. « Il y a là un besoin à combler, et nous voulons répondre à ce besoin, car certaines régions sont mal desservies par les banques et les institutions financières. »

Afin de devenir une institution financière métisse à part entière, M. Paradis est d'avis que la LRCC aurait besoin d'un capital de base minimum de près de 60 millions de dollars, et suggère qu'elle pourrait peut-être s'associer à une institution financière traditionnelle au début.

« Nous nous rapprochons de cet objectif », assure-t-il.

Poursuivant son expansion, l'établissement de crédit cherche également à lancer davantage de services qui peuvent être offerts dans un délai relativement court.

« Nous envisageons de mettre en place un programme de financement pour les professionnels, comme les médecins, les avocats et les dentistes », énonce M. Paradis. « Un programme de financement professionnel - les banques ont un programme spécial pour ces professionnels parce qu'ils présentent moins de risques. Il y a très peu de radiations ou d'impayés dans les cas où l'on prête à un jeune médecin, un jeune avocat ou un jeune dentiste qui vient d'ouvrir son cabinet. Actuellement, ils s'adressent à une banque ou à une coopérative de crédit pour obtenir un taux plus bas, et nous cherchons donc à proposer une offre compétitive. »

M. Paradis mentionne que la LRCC a récemment mis en place un taux spécial pour un groupe de physiothérapeutes qui souhaitaient ouvrir un cabinet.

« Nous avons pu garder cette pratique alors qu'en temps normal, ils se seraient tournés vers l'extérieur et nous l'aurions perdue », dit-il : « en perdant cette clientèle, vous perdez également la relation, et une grande partie de notre raison d'être est justement de garder nos relations métisses au sein de notre famille. »

Promouvoir des relations mutuellement bénéfiques a toujours été la clé du succès de la LRCC, tant pour son personnel que pour sa clientèle.

Cultiver les relations

Favoriser la confiance et la loyauté par des relations mutuellement bénéfiques a toujours été la clé du succès de la LRCC, tant pour son personnel que pour sa clientèle.

« Tout est une question de relations », affirme M. Paradis. « Notre clientèle est loyale envers nous, et nous sommes loyaux envers elle. Bon nombre des personnes avec lesquelles nous traitons pourraient s'adresser à une banque pour obtenir leur financement, mais elles préfèrent venir ici parce qu'elles savent pouvoir compter sur notre collaboration pleine et entière. Si nos client(e)s ont des problèmes et doivent manquer un, deux ou trois paiements, nous travaillerons avec eux. Nous resterons à leurs côtés. Nous n'allons pas radier leur prêt et l'envoyer en recouvrement après trois mois de défaut de paiement. Nous œuvrons main dans la main avec notre clientèle et elle le sait, et ça fait une grande différence. »

Propriétaire d'Expert Electric avec son épouse, Chuck Lewis fait l'éloge de la LRCC et de la relation que le personnel a établie avec lui.

« Ils sont toujours là, au fur et à mesure que vous progressez, et lorsque vous tendez la main, il y a toujours quelqu'un pour vous aider à gérer votre entreprise », louange-t-il.

Selon M. Lewis, la relation avec la LRCC n'est pas comme celle avec d'autres prêteurs de fonds.

« Ils vous traitent davantage comme un ami que comme une entreprise », assure-t-il. « Je suis avec eux depuis treize ou quatorze ans, maintenant, et je suis toujours ami avec chaque personne avec qui j'ai commencé là-bas. »

Le propriétaire d'Expert Electric assure que LRCC a joué un rôle déterminant dans le succès de son entreprise.

« Je recommande vivement à quiconque souhaite créer une entreprise ou trouver un soutien financier de s'adresser à la LRCC », conclut-il.


Chuck Lewis, propriétaire d'Expert Electric avec son épouse, affirme que la LRCC a joué un rôle déterminant dans le succès de son entreprise.

Les frères Derrick et Lyndon Jameson, propriétaires d'Into the Blue, attribuent à la LRCC le mérite de les avoir aidés à réaliser leur rêve d'ouvrir une entreprise d'aquariums d'eau de mer et d'eau douce.

« En 2014, nous (mon frère jumeau et moi-même, âgés de 24 ans) n'avions aucune expérience d'affaires, aucun capital, aucun antécédent bancaire ou financier significatif - seulement de modestes économies », se remémore Lyndon. « Mais nous avions une idée et un rêve : créer la plus grande entreprise de vente au détail et de services spécialisée dans les aquariums d'eau de mer et d'eau douce de l'Ouest canadien. »

Ces spécialistes des espèces marines expriment leur gratitude envers la LRCC, qui a ouvert de nombreuses portes pour eux.

« Leurs programmes et leur financement de 'démarrage' ont fourni des moyens essentiels grâce auxquels Into the Blue a pu s'implanter dans un marché de niche de taille relativement modeste », ajoute Lyndon. « Notre entreprise a énormément bénéficié des compétences et de l'accompagnement soutenu de la LRCC en matière de gestion d'entreprise, et du réseautage communautaire qui y est associé. Aujourd'hui, dans notre huitième année d'activité, nous avons réussi à élargir notre clientèle et à étendre nos compétences grâce à d'importants projets tels que l'exposition tournante du zoo d'Assiniboine (installation d'un système de survie pour les raies), le transport terrestre national et international de grandes espèces marines comme les requins, ainsi que de poissons-globe, et l'installation de grands aquariums personnalisés à Winnipeg et dans d'autres provinces. »

Les Jameson soulignent que la relation a été mutuellement avantageuse.

« Nous sommes tellement reconnaissants du soutien et de l'aide apportés par la LRCC au fil des ans, et nous envisageons avec enthousiasme la perspective de travailler encore ensemble à l'avenir et de redonner à cette organisation extraordinaire. »

La ministre LaPlante déclare que prendre des risques avec les client(e)s est particulièrement gratifiant .

« On prend des risques, on finance certaines choses, on regarde en arrière et on se dit, 'oh, peut-être que nous avons dépassé les bornes sur ce coup-là' », commente-t-elle. « Mais si vous restez avec les gens, ils vous soutiendront presque chaque fois, et c'est ainsi qu'il y a des hauts, des bas et des revirements. Mais au bout du compte, après toutes ces années, je dois dire que c'est probablement l'une des plus formidables occasions que j'ai eues d'apprendre non seulement sur la finance mais aussi sur les humains - sur le fait de rester fidèle à ce qu'on est et d'aider les autres à aller jusqu'au bout. »

Protection contre la pandémie

La pandémie de COVID-19 a donné à la LRCC l'occasion d'établir de nouvelles relations lorsqu'elle a administré les programmes de soutien aux entrepreneurs métis au nom de la FMM. La LRCC a été en mesure d'offrir le programme de prêt d'urgence aux entreprises métisses - une version améliorée, adaptée aux besoins des Métis, du Compte d'urgence pour les entreprises canadiennes offert par le gouvernement fédéral. Le programme de prêt d'urgence aux entreprises métisses, qui a été lancé en juin 2020 et a pris fin en juin 2021, a procuré un soutien financier aux entrepreneurs et a répondu à leurs besoins immédiats pour faire face aux impacts de la COVID-19. Le prêt les a aidés à couvrir les dépenses d'exploitation qui ne peuvent être reportées, comme les taxes, le loyer, les paiements de dettes, les services publics et les salaires.

« Ce que les institutions financières traditionnelles offraient, c'était un prêt de 40 000 $, dont 10 000 $ pouvaient être convertis en subvention non remboursable si le solde du prêt était remboursé au cours des deux premières années », relate M. Paradis. « Grâce aux pourparlers que le président Chartrand et la FMM ont menés avec le Canada, nous avons pu négocier un programme encore plus avantageux pour nos entreprises métisses : un prêt de 40 000 $, dont 10 000 $ constituaient effectivement une subvention, sauf qu'aucune condition de cette subvention n'exigeait le remboursement du prêt en deux ans. C'était inconditionnel. Il s'agissait d'une subvention pure et simple, de sorte que les emprunteurs n'avaient qu'à rembourser 30 000 $ à un taux d'intérêt de 0 pour cent, alors que dans les banques ordinaires, il fallait payer 5 pour cent d'intérêt. »

Le programme a fourni près de 8,5 millions de dollars à 170 entreprises en un an, renouvelant ainsi la promesse de maintenir les entreprises métisses à flot.

Derrick et Lyndon Jameson, propriétaires d'Into the Blue, ont bénéficié du programme de prêt d'urgence aux entreprises métisses pendant la pandémie.

Le programme de prêt d'urgence aux entreprises métisses a aussi soutenu les propriétaires d'Into the Blue face aux défis posés par la pandémie.

« La LRCC a été une bouée de sauvetage fiable et favorable pour notre entreprise depuis le début », affirment les frères Jameson. « En cas de besoin, comme lorsque nous avons dû faire face aux conséquences économiques de la pandémie de COVID-19, la LRCC n'était qu'à un coup de fil et n'a jamais manqué de donner de l'espoir, souvent sous la forme d'un pont financier. » 

En plus du programme de prêt d'urgence aux entreprises métisses , la LRCC a administré d'autres programmes d'aide liés à la pandémie. La FMM a lancé une mesure d'urgence pour aider les entrepreneurs à affronter la crise de la COVID-19, octroyant des subventions allant jusqu'à 10 000 $, et fournissant plus de 660 000 $ en tout à 195 entreprises entre mars et juillet 2020. Le programme de soutien aux entreprises face à la COVID-19 de la FMM, lancé en novembre 2020 et prenant fin en mars 2022, a été le programme de lutte contre la pandémie le plus long administré par la LRCC. Le programme offrait jusqu'à 10 000 $ de subventions par prélèvement, avec quelques exceptions pour les grandes entreprises, permettant jusqu'à cinq prélèvements du programme au fur et à mesure de l'introduction des restrictions liées à la pandémie. Au total, le programme de soutien aux entreprises face à la COVID-19 de la FMM a fourni près de 8 millions $ à plus de 600 entreprises.

« Nous les avons maintenus en affaires, ou nous leur avons permis de rester à flot, sans quoi ils auraient peut-être dû fermer leurs portes », estime M. Paradis. « Nous leur avons permis de nourrir leur famille et de couvrir certains des principaux types de dépenses qui répondaient à leurs besoins, mais nous leur avons aussi permis d'ouvrir quand ils ont été prêts à le faire. Notre clientèle a donc grandement apprécié tout cet appui financier, ce qui a bénéficié tant à la FMM qu'à nous. »

La LRCC a reçu des commentaires positifs de la part de sa clientèle lors d'un récent sondage sur la pandémie.

« Dans ce sondage, le taux d'approbation des produits et des services qui leur ont été fournis par la LRCC au nom de la Fédération Métisse du Manitoba était extrêmement élevé », se réjouit M. Paradis. « Nous en sommes très fiers. »

Les programmes d'aide liés à la pandémie ont permis à la LRCC d'atteindre un grand nombre de nouveaux clients qu'elle ne connaissait pas, notamment de nombreux entrepreneurs qui ont lancé leur entreprise pendant la pandémie.

« Cela a permis de faire entrer dans notre répertoire près de deux cents nouvelles entreprises métisses dont nous ne connaissions pas l'existence », confirme M. Paradis. « La pandémie a fait apparaître pour nous un large éventail de possibilités nouvelles, de sorte que nous touchons beaucoup plus d'entreprises métisses actuellement. »

Changer le paysage de l'entrepreneuriat métis

Toujours soucieuse d'aider les entreprises métisses à réussir et de renforcer le pouvoir économique de la Nation métisse, la LRCC, de concert avec le fonds de développement économique des Métis, a contribué à façonner le paysage de l'entrepreneuriat métis. La LRCC et le fonds de développement économique des Métis se sont associés pour créer le Manitoba Métis Business Directory (répertoire des entreprises métisses du Manitoba). Cette base de données permet d'accroître la visibilité des entrepreneurs métis, et aide la FMM à privilégier l'embauche d'entrepreneurs métis dans le cadre de projets de développement.

« Pendant des années, chaque fois que nous parlions au caucus d'un nouveau projet ou d'une nouvelle construction, le président nous demandait toujours : 'Alors, avez-vous embauché des gens d'affaires métis?' » évoque la ministre LaPlante. « Et nous avions coutume de répondre que c'était vraiment difficile parce que nous ne savions pas qui étaient ces gens d'affaires, et nous avions recours à tant d'entreprises différentes. La LRCC a donc pris l'initiative de lancer une base de données d'entreprises métisses. Et la première chose que nous disons aux gens qui viennent nous voir pour savoir comment obtenir un prêt commercial, c'est : 'Si vous obtenez le prêt, inscrivez-vous dans la base de données, cela aidera votre entreprise à se développer'. »

Le répertoire des entreprises métisses du Manitoba augmente la visibilité des entrepreneurs métis, et aide la FMM à privilégier l'embauche d'entrepreneurs métis dans le cadre de projets de développement.

Toutefois, être connu comme une entreprise métisse n'a pas toujours été un titre de gloire - une perception qui a maintenant changé grâce aux efforts de la FMM, de la LRCC, et du fonds de développement économique des Métis, qui fournit des capitaux propres et du financement aux entreprises métisses.

« À l'époque, je ne pense pas que beaucoup de personnes qui présentaient une demande voulaient vraiment se faire connaître comme une entreprise métisse », rappelle la ministre LaPlante. « Mais grâce aux efforts combinés de la Fédération Métisse du Manitoba, de la Louis Riel Capital Corporation et du fonds de développement économique des Métis, et à tout ce que nous avons fait au cours des vingt dernières années, les gens ne voient plus les choses de la même manière et s'affichent désormais avec fierté. »

Maintenant, que ce soit en portant un symbole métis sur leur veste, en s'inscrivant dans la base de données ou en l'affichant sur leur site Web, leurs médias sociaux et leurs cartes professionnelles, les entrepreneurs métis font connaître leur héritage.

« Into The Blue a accueilli toutes les occasions de promouvoir les entreprises et la formation autochtones », confirme Lyndon Jameson. « Nous affichons fièrement le logo des Métis du Manitoba sur la murale qui orne un côté de notre bâtiment. »

« Je pense que c'est un merveilleux encouragement pour celles et ceux d'entre nous qui ont trimé dur, pendant les vingt dernières années ou plus, pour faire en sorte que les choses changent », se réjouit la ministre LaPlante. « Nous avons créé un espace plus sain et accueillant tant pour les Métis que pour la province du Manitoba, et à présent, il va aussi s'étendre à l'extérieur du Manitoba », précise-t-elle en faisant allusion à la promesse de la FMM, cette année, d'accepter les demandes de citoyenneté des citoyen(ne)s métis(ses) de la rivière Rouge domicilié(e)s à l'extérieur du Manitoba.

« Le président Chartrand avait la vision de servir tous les citoyens métis originaires de la rivière Rouge », ajoute M. Paradis. « C'est une entreprise gigantesque, mais il va de l'avant, et nous sommes très enthousiastes à l'idée d'avoir la possibilité, à notre modeste échelle, d'offrir des programmes financiers aux entreprises et peut-être même, sur le plan personnel, aux Métis qui se trouvent au-delà des frontières. »

L'équipe de la LRCC est au cœur du succès de l'établissement de crédit. De gauche à droite : Paul Paradis, chef de la direction; Shaun Hampton, gestionnaire, initiatives entrepreneuriales; Tyler McKay, chef des opérations.

Les secrets du succès

La LRCC attribue son succès en grande partie aux personnes qui tiennent la barre.

« Nous avons un conseil d'administration très actif et, bien sûr, beaucoup d'expérience au sein de notre CA », souligne M. Paradis. « Comme vous le savez, (la ministre LaPlante) est avec nous depuis 1994, et elle apporte une somme considérable d'expérience. »

En plus de la présidente, le conseil d'administration comprend le ministre Jack Park au poste de vice-président, James Bruce à titre de secrétaire, ainsi qu'Anita Campbell, ministre des Finances, et Gerald Barron en tant qu'administrateurs. Selon M. Paradis, le conseil d'administration est efficace, attentif, encourageant, clairvoyant et accommodant.

« Nous ne pourrions pas être là où nous sommes sans notre conseil d'administration », fait valoir M. Paradis. « Tout notre personnel apprécie énormément le dévouement et le travail acharné de notre CA. C'est de cette façon que nous avons pu atteindre notre 30e anniversaire, et que nous serons encore là dans 30 ans. »

Les quatorze membres de l'équipe jouent également un rôle essentiel dans le succès de la LRCC.

« Nous avons de très bonnes personnes à des postes clés », louange M. Paradis. « Sans cela, mon travail serait plutôt ardu, mais mon équipe me rend la tâche beaucoup plus facile. »

Le taux de rétention du personnel et des membres du conseil d'administration est très élevé, ce qui témoigne éloquemment de l'environnement de travail offert par l'établissement de crédit.

« Les gens restent », constate la ministre LaPlante. « Les membres du conseil d'administration ne veulent jamais partir. Le personnel reste avec nous. »

De gauche à droite : Genevieve May, agente de soutien aux entreprises, entrepreneuriat des femmes métisses, et Shaun Hampton, gestionnaire, initiatives entrepreneuriales.

Bien sûr, M. Paradis et la ministre LaPlante s'accordent à dire que la LRCC ne serait pas là où elle est aujourd'hui sans le soutien du président Chartrand, qui est aussi le ministre du Développement économique.

« Il a tant fait pour le peuple et les citoyen(ne)s métis, mais aussi pour la LRCC », fait remarquer M. Paradis. « Nous n'en serions pas où nous en sommes sans son soutien, et en tant que ministre du Développement économique, il s'intéresse de près au développement économique et à LRCC. »

« Nous avons beaucoup de chance de pouvoir compter sur le président Chartrand comme force motrice », renchérit la ministre LaPlante. « C'est un maître, un politicien d'expérience. Il sait ce qu'il veut pour son peuple et pour chaque ministère de la FMM, et il se rend à Ottawa et en revient toujours avec ce qu'il voulait. Il est très bon dans ce qu'il fait à cet égard, alors il a vraiment changé les choses pour les Métis au fil des ans, depuis qu'il est en poste. »

M. Paradis est très reconnaissant à l'endroit du président Chartrand pour tout le soutien qu'il a apporté à l'établissement de crédit.

« Le président Chartrand est une personne très visionnaire », affirme M. Paradis. « Mais je pense que nous le sommes toutes et tous. Je veux dire que notre conseil d'administration l'est aussi, et j'aime avoir une vision d'ensemble en tout temps et mettre de l'avant, à la LRCC, des choses que, selon moi, nous sommes capables de faire sans attendre. »

La ministre LaPlante estime que la LRCC s'est engagée sur la bonne voie quand M. Paradis s'y est joint.

« Il a apporté d'énormes changements dans la façon de faire les choses au bureau », explique-t-elle. « Je suis ici depuis assez longtemps pour avoir vu passer de nombreux directeurs généraux ou chefs de la direction. Il est celui qui a renforcé l'organisation en ayant recours au bon sens, à l'humour et à tous les outils dont il disposait pour que tout se passe bien pour le personnel. »

La ministre LaPlante souligne que M. Paradis a gagné le respect du président Chartrand et de son cabinet.

« Je suis l'une de ses plus grandes admiratrices », dit-elle de M. Paradis. « Ses propos sont toujours pleins de sens, et il apprécie le travail acharné de tous ses collaborateurs. Je tiens donc à faire remarquer qu'il a été un véritable bâtisseur et que, lorsqu'il prendra sa retraite, il laissera la LRCC dans un bien meilleur état qu'il ne l'a trouvée. »

Depuis près de 17 ans qu'il travaille à la LRCC, M. Paradis assure que c'est ici qu'il s'est senti le plus épanoui dans sa carrière, et son équipe et lui se sentent privilégiés de travailler pour la FMM.

« C'est pourquoi nos employé(e)s ne partent pas, parce qu'ils sentent que ce qu'ils font fait une différence dans la vie des gens. »

Alors que la LRCC se tourne vers les 30 prochaines années, l'établissement de crédit a de quoi être fier d'avoir atteint cette étape importante.

« Dans toutes ces années de progrès, on peut affirmer qu'il n'y a aucune comparaison possible entre ce que nous étions au début et ce que nous sommes devenus à présent », fait valoir la ministre LaPlante. « Nous sommes un acteur de premier plan dans le financement des Métis de la province du Manitoba. »

Pour plus de détails sur la LRCC, consultez le site lrcc.mb.ca (en anglais seulement).

 


View More

B300-150 Henry Avenue, Winnipeg, Manitoba, R3B 0J7

^ * ( &

MMF Annual General Assembly 2022
Unite Interactive