MMF seeks unity - not division - when it comes to advancing Indigenous Rights

July 8, 2021

Winnipeg, MB, in the Métis Nation Homeland - July 6, 2021 marked a historic day for the Manitoba Métis - one that will be celebrated for generations to come. After years of negotiations, the Manitoba Métis signed a Self-Government Recognition and Implementation Agreement with Canada. Soon after, the Assembly of Manitoba Chiefs Grand Chief, Arlen Dumas, issued a statement expressing disappointment with Canada.

One of the criticisms was about the outstanding responsibilities of Canada to fulfill their treaties with First Nations, which he describes as the original treaty.

"What Grand Chief Dumas fails to consider is that the Manitoba Act, 1870 was also a treaty. When Louis Riel and Sir John A. Macdonald described in correspondence what they were negotiating, they said they were treating with the other party, and the result was often clearly described as a treaty," said Manitoba Metis Federation (MMF) President David Chartrand. "The Manitoba Act was the first treaty, and it was negotiated with the future of all Manitobans in mind, regardless of their race, creed, or religion."

It is important not to forget that the Métis List of Rights, which was the foundation for the Manitoba Act negotiations between the Métis and Canada, demanded that treaties be concluded and ratified between the Crown and the First Nations.

"When Riel's Provisional Government negotiated the Manitoba Act, their aim was to protect the rights of all those who called the Red River Settlement, and beyond, their home, including the small minority of First Nations that lived in the Settlement. There are estimates out there that say there were approximately 560 First Nation people living in the Settlement, whereas there were around 10,000 Métis," said President Chartrand. "Riel knew that, though the Métis majority had utilized the prairies for generations, they did so while co-existing and sharing with First Nation people who also needed the lakes, forests, and plains to provide for their way of life and future of their nations.

"We also recognize this to this very day, and we have a great deal of respect and admiration for what Manitoba's Chiefs and Grand Chiefs have accomplished for the betterment of their people," President Chartrand said. "We are always open to working with our First Nation neighbours and relatives towards developing strategic partnerships to protect our Indigenous rights, claims, and interests.

"Make no mistake, in MMF v. Canada, the Manitoba Act was described as more than a treaty. It sets out 'solemn promises which are no less fundamental than treaty promises.' It was a set of constitutionally binding commitments in their highest form," said President Chartrand. "Along with that, Section 31 of the Manitoba Act - the section that describes how land will be given to Métis children - has been described as the biggest defrauding of land in Canadian history. Not only did our Ancestors lose their land and the promise of land that was made as a condition of Canada entering the North-West, but we lost the economic possibilities that come with that land."

Grand Chief Dumas goes on to say that recognizing Métis self-government puts First Nations' interests at risk and undermines existing discussions on the resolution of First Nations' treaty rights.

"This is not possible. As Paragraph 53 of the Manitoba Métis Self-Government Recognition and Implementation Agreement says, our Agreement does not affect other Section 35 rightsholders. Our Agreement only recognizes our existing, inherent, Section 35 rights to self-government for the Manitoba Métis," said President Chartrand. "This Agreement cannot unilaterally affect the rights of the First Nations, nor would we ever wish it to. Since the times of Cuthbert Grant, we have supported our First Nation neighbours, relatives, partners, colleagues, and friends."

Grand Chief Dumas goes on to say that there have been several Métis self-government agreements in recent years, and that the First Nations must battle in the courts to defend their treaty rights.

"We too have had to battle in the courts. Canada and the provinces have taken an 'empty box' approach to Section 35 and every right we have had recognized has been a struggle in the courts. Until recently, the box has been tightly closed and locked, and court decisions are the key to opening the box, putting a recognized right inside, and obtaining justice," said President Chartrand. "But one thing I know for sure is that the Manitoba Métis took Canada to court for 32 years to finally reach a decision on the landmark 2013 MMF v. Canada decision. This is no easy walk for us either, and any attempt to indicate otherwise is either misinformed or intentionally designed to stir up and divide Indigenous peoples. We must be united. We cannot be divided.

"It is a shame to see other Indigenous leaders attempting to tear each other down, instead of coming together and celebrating such historic occasions. For example, I was in the national media yesterday praising the Cowessess First Nation on signing the first ever Coordination Agreement with Canada," said President Chartrand. "I truly believe that our self-government Agreement forges a new roadmap for others to follow when it comes to getting fundamental, inherent aboriginal rights recognized by the federal government."

-30-

Believe in Yourself; Believe in Métis.

The Manitoba Metis Federation (MMF) is the democratic self-governing political representative for the Métis Nation's Manitoba Métis Community. The Manitoba Métis Community is Canada's Partner in Confederation and the Founder of the Province of Manitoba.

For more information, media may contact:

Kat Patenaude
Media Relations Advisor
Manitoba Metis Federation
204-801-7710
Kat.Patenaude@mmf.mb.ca


La FMM tente de promouvoir l'unité et non la division lorsqu'il s'agit de faire avancer les droits des Autochtones

Winnipeg (Manitoba), dans le foyer national métis - Le 6 juillet 2021 a marqué une journée historique pour les Métis du Manitoba - une journée qui sera célébrée pour les générations à venir. Après des années de négociations, les Métis du Manitoba ont signé une entente de reconnaissance et de mise en œuvre de l'autonomie gouvernementale avec le Canada. Peu de temps après, le Grand chef de l'Assemblée des chefs du Manitoba, Arlen Dumas, a publié une déclaration exprimant sa déception à l'égard du Canada.

L'une des critiques concernait les responsabilités en suspens du Canada de remplir ses traités avec les Premières Nations, qu'il décrit comme le traité original.

« Ce que le Grand chef Dumas omet de considérer, c'est que la Loi de 1870 sur le Manitoba était aussi un traité. Lorsque Louis Riel et Sir John A. Macdonald ont décrit dans une correspondance ce qu'ils négociaient, ils ont dit qu'ils traitaient avec l'autre partie, et le résultat a souvent été clairement décrit comme un traité, a déclaré le président de la Fédération Métisse du Manitoba (FMM), David Chartrand. La Loi sur le Manitoba a été le premier traité, et il a été négocié en pensant à l'avenir de tous les Manitobains, peu importe leur race, leur croyance ou leur religion.

Il est important de ne pas oublier que la Liste des droits des Métis, qui a servi de fondement aux négociations de la Loi sur le Manitoba entre les Métis et le Canada, exigeait que des traités soient conclus et ratifiés entre la Couronne et les Premières Nations.

« Lorsque le gouvernement provisoire de Riel a négocié la Loi sur le Manitoba, son objectif était de protéger les droits de tous ceux qui appelaient la colonie de la rivière Rouge, et au-delà, leur foyer, y compris la petite minorité des Premières Nations qui vivaient dans la colonie. Il existe des estimations qui indiquent qu'il y avait environ 560 peuples des Premières Nations vivant dans la colonie, alors qu'il y avait environ 10 000 Métis, a déclaré le président Chartrand. Riel savait que, bien que la majorité métisse ait utilisé les prairies depuis des générations, elle l'a fait tout en coexistant et en partageant avec les peuples des Premières Nations qui avaient également besoin des lacs, des forêts et des plaines pour assurer leur mode de vie et l'avenir de leurs nations.

« Nous le reconnaissons également à ce jour, et nous avons beaucoup de respect et d'admiration pour ce que les chefs et grands chefs du Manitoba ont accompli pour le bien de leur peuple, a poursuivi le président Chartrand. Nous sommes toujours ouverts à travailler avec nos voisins et parents des Premières Nations pour développer des partenariats stratégiques afin de protéger nos droits, revendications et intérêts autochtones.

« Ne vous méprenez pas, dans l'affaire Manitoba Metis Federation Inc. c. Canada, la Loi sur le Manitoba a été décrite comme plus qu'un traité. Elle énonce des "promesses solennelles qui ne sont pas moins fondamentales que les promesses des traités". C'était un ensemble d'engagements constitutionnellement contraignants dans leur forme la plus élevée, a affirmé le président Chartrand. Parallèlement à cela, l'article 31 de la Loi sur le Manitoba - l'article qui décrit comment les terres seront attribuées aux enfants métis - a été décrit comme la plus grande fraude foncière de l'histoire du Canada. Non seulement nos ancêtres ont perdu leurs terres et la promesse de terres qui avait été faite comme condition à l'entrée du Canada dans le Nord-Ouest, mais nous avons perdu les possibilités économiques qui accompagnent ces terres. »

Le Grand chef Dumas poursuit en disant que la reconnaissance de l'autonomie gouvernementale des Métis met en péril les intérêts des Premières Nations et sape les discussions existantes sur la résolution des droits issus de traités des Premières Nations.

« Ce n'est pas possible. Comme l'indique l'alinéa 53 de l'Entente de reconnaissance et de mise en œuvre de l'autonomie gouvernementale des Métis du Manitoba, notre entente n'affecte pas les autres titulaires de droits en vertu de l'article 35. Notre entente ne reconnaît que les droits existants et inhérents des Métis du Manitoba à l'autonomie gouvernementale en vertu de l'article 35, a déclaré le président Chartrand. Cette entente ne peut affecter unilatéralement les droits des Premières Nations, et nous ne le souhaiterions jamais. Depuis l'époque de Cuthbert Grant, nous avons soutenu nos voisins, parents, partenaires, collègues et amis des Premières Nations. »

Le Grand chef Dumas ajoute qu'il y a eu plusieurs ententes d'autonomie gouvernementale des Métis au cours des dernières années et que les Premières Nations doivent se battre devant les tribunaux pour défendre leurs droits issus de traités.

« Nous aussi, nous avons dû nous battre devant les tribunaux. Le Canada et les provinces ont adopté une approche de "boîte vide" à l'égard de l'article 35 et chaque droit que nous avons reconnu a été une lutte devant les tribunaux. Jusqu'à récemment, la boîte était bien fermée et verrouillée, et les décisions de justice sont la clé pour ouvrir la boîte, mettre un droit reconnu à l'intérieur et obtenir justice, a déclaré le président Chartrand. Mais une chose dont je suis sûr, c'est que les Métis du Manitoba ont poursuivi le Canada en justice pendant 32 ans pour finalement parvenir à une décision sur l'affaire historique de 2013 MMF c. Canada. Ce n'est pas non plus une marche facile pour nous, et toute tentative d'indiquer le contraire est soit mal informée, soit intentionnellement conçue pour attiser et diviser les peuples autochtones. Nous devons être unis. Nous ne pouvons pas être divisés.

« C'est une honte de voir d'autres dirigeants autochtones tenter de s'abattre les uns les autres, au lieu de se réunir et de célébrer de telles occasions historiques. Par exemple, j'étais hier devant les médias nationaux pour féliciter la Première nation Cowessess d'avoir signé la toute première entente de coordination avec le Canada. Je crois sincèrement que notre accord sur l'autonomie gouvernementale établit une nouvelle feuille de route à suivre pour les autres lorsqu'il s'agit de faire reconnaître les droits ancestraux fondamentaux et inhérents par le gouvernement fédéral. »

-30 -

Confiance en soi. Confiance métisse.

La Fédération Métisse du Manitoba (FMM) est le représentant gouvernemental autonome et démocratique de la collectivité métisse du Manitoba appartenant à la Nation métisse, partenaire du Canada au sein de la Confédération et fondatrice de la province du Manitoba.

Pour obtenir plus de renseignements, veuillez communiquer avec:

Kat Patenaude
Fédération Métisse du Manitoba
Conseillère en relations avec les médias
204-801-7710
Kat.Patenaude@mmf.mb.ca

 


View More News

B300-150 Henry Avenue, Winnipeg, Manitoba, R3B 0J7

^ * ( &

Beyond Borders
Unite Interactive