Le Métis - May 23, 2024

May 23, 2024



Red River Métis wrestler vies for Pan American Championships

Wrestler Beau Chartrand is getting ready to prove himself on the international wrestling stage, as he recently won gold in the 2024 U17 Canadian National Championships in Ottawa.

Competing in the 80-kg Cadet category, the athlete won his first two matches by technical superiority. Now, Chartrand is preparing to compete at the Pan American Wrestling Championships in the Dominican Republic in June.

"This tournament means a lot to me because it's a chance to represent Team Canada," he said. "I know everybody's going to be tough. It's great to represent Canada, go internationally for the first time, and show people how (wrestling) is here in Canada."

So far, the 16-year-old has amassed an impressive career with accomplishments like winning gold at the 2022 U15 Canadian National Championships in Calgary and a bronze medal at the 2023 U17 Canadian National Championships in Vancouver. The Red River Métis athlete also captured gold at the 2023 North American Indigenous Games in Halifax, which he said was an amazing experience.

"I had so much fun seeing so many people from different provinces and competing against so many people from the United States and in different Canadian provinces," he said. "It was a lot of fun, and I had a good team with me. It was great."

Chartrand will continue to train leading up to the championships on June 27-29. He said his training regimen differs from his day-to-day training.

"I'm planning on going to some wrestling camps in the U.S. and also training at Schewa Wrestling Club in Winnipeg," he said. "I have a strength and conditioning plan in place and a goal set in mind for the tournament."

The Red River Métis Citizen got into wrestling at nine years old to improve at Brazilian jiu-jitsu, a martial art and combat sport.

"What inspired me was the opportunities wrestling offered, such as national and international competition. Also, the opportunity to wrestle competitively at the college/university level," he said.

The athlete will face top competition from countries like the United States, Mexico, Brazil, and Colombia. Chartrand said it's a thrill to be attending the 2024 U17 Pan American Wrestling, to not only represent Canada but the Manitoba Métis Federation (MMF) as well.

"I'm proud to be Métis, and I'm proud to represent the Red River Métis and MMF, and hopefully inspire and be a role model for Métis Youth in Manitoba." - Beau Chartrand

 

"I'm proud to be Métis, and I'm proud to represent the Red River Métis and MMF, and hopefully inspire and be a role model for Métis Youth in Manitoba," he said.

Chartrand knows this sport can be financially constraining and is grateful to the National Government of the Red River Métis for helping him financially.

"They have supported me through the Believe Elite Athletic and Artistic Support Program, which is a huge help in offsetting some of the cost for training and travelling," said the athlete.

Run by the MMF, the program supports Red River Métis Youth, ages 15-29, who compete at the highest level in their sport or activity.

The Red River Métis Youth is still attending high school while balancing his wrestling career. He said time management plays a huge part in keeping both balanced.

"It plays a big part in how I'm able to balance all my school work, travelling, and training," he said. "I take advantage of the noon hour and spares at school to go into the fitness room to work on strength and conditioning or to catch up on school work. I also take advantage of weekends."

Beau isn't the only wrestler in the Chartrand family. His sister Anaka has also excelled at the sport and recently won gold at the 2023 North American Indigenous Games. He said that wrestling at a high level with his sister is sentimental for him.

"My sister and I have gone through a lot together, and we've always trained since we were young. We used to train with each other in our garage with our mats. We did these things with each other and got good with each other. It means a lot to me to do this together as a team," he said.

With a wrestling career that's just taking off, Chartrand hopes to build his legacy within the sport.

"I want to continue making the Canadian national team and do well at the Pan American Championships, so I can qualify for the World Championships and hopefully compete there," he said. "I also want to continue wrestling competitively at the university and college level after I graduate and maybe one day make the Canadian Olympic team."


Red River Métis author debuts his first novel

Liam Taliesin (left) had the chance to share his debut novel, Lithium Fire, with MMF President David Chartrand (right).

Liam Taliesin is living proof that no matter where you are in this world, you never forget where you came from.

His debut novel, Lithium Fire, takes place in Winnipeg circa 1984 and chronicles the journey of a tragic fire that takes three lives. The story is told from the perspective of eight characters, with each chapter reflecting their thoughts, feelings, and experiences.

"This work honours a time and a place which no longer exists with many of the people and places gone now," he said.

Growing up in Winnipeg's North End, Taliesin drew inspiration from his lived experiences.

"I have learned that living with ghosts is the natural state of writers. They haunt and amuse me; they charm, threaten, intimidate, and ultimately seduce the scribe. Often, they pace silently, patiently waiting for their turn on the wheel. After a lifetime of wrestling with ghosts, I embrace them in my work now," he said.

Taliesin's ability to bring different characters to life in a meaningful way reflects a lifelong intention. His feeling of personal responsibility to share the stories that have impacted him personally and as a creative is the driving force of his work.

"I carry inside those who have passed; I honour them by holding them close, maintaining their legacy by keeping their memory alive without regret or rancour, but with love," he said. "In this way, they still live and lift me up. I am heir to their strengths and finer qualities."

The Red River Métis author's perspective on storytelling has changed over the years.

"In the past, I claimed creating a work of art was an act of courage. I would amend that now to say it is a sacred trust and must be exercised with humility, humanity, and profound recognition of the effort's poverty," he said. "Fusing the retelling of someone's story with imagination hopefully speaks to others, touches a chord, and offers truth which resonates."

Taliesin has been a storyteller his entire life and doesn't limit his writing to one singular form.

"In 1979 I helped establish the Manitoba Association of Playwrights, which I chaired for six years. I wrote St. Peter's Asylum (a play that premiered at the Prairie Theatre Exchange), compiled and edited a wartime memoir of a hundred veterans, In Their Own Words, and wrote a series of short stories, The Prejudgment Day Blues and other tales of comic woe," he said.

This eventually led to his move to Quebec, where he continued his career in the arts until his retirement in 2017.

"I was associate dramaturge at Playwrights Montréal, assisting in play selection and development and reading plays submitted to the Québec Drama Festival and Centaur Theatre, advising directors on performance feasibility," said Taliesin.

Being a Beyond Borders Citizen, the author is grateful to be involved with the Red River Métis community no matter where he resides, and even attends St. Norbert Local meetings virtually. He also attended last year's Extraordinary General Assembly in Winnipeg.

"As the weekend unfolded, the hugging, hand-shaking, and pure pleasure of being in the company of so much family and feeling the community was moving for me," he said. "I experienced the genuine warmth and generous, welcoming spirit expressed. And for those of us who live beyond the borders of Manitoba, there was a sense of coming home."

The weekend concluded with the ratification of the Red River Self-Government Treaty.

"We witnessed history and participated in a moment I will long remember - a moment that honours the struggles of our ancestors, encouraging us to work harder to shape a better, brighter future for our descendants and create a meaningful legacy for our Youth," Taliesin said. "The powerful energy of this breathtaking experience moved me beyond words and reinforced my strong commitment to the Red River Métis Nation."


Red River Métis Veteran's medals find new home

In January, Julie Carver reached out to the MMF's Red River Métis Veterans Department requesting to donate her great uncle's service medals. Red River Métis Veteran Private Robert Blanchard was killed in action while serving in Hong Kong with the Winnipeg Grenadiers Hong Kong in WWII. We held a Commemoration Ceremony at our Home Office on May 16, where the Hong Kong Veterans Commemorative Association and Veterans Affairs Canada brought greetings before Julie Carver presented the medals to President Chartrand.


Un Métis de la rivière Rouge aux Championnats panaméricains de lutte

Le lutteur Beau Chartrand se prépare à faire ses preuves sur la scène internationale, après avoir récemment remporté l'or aux Championnats canadiens de lutte de 2024 (U17), à Ottawa.

Alors en compétition dans la catégorie des cadets de 80 kg, l'athlète a remporté ses deux premiers matches par supériorité technique. Beau Chartrand se prépare maintenant à participer aux Championnats panaméricains de lutte, disputés en République dominicaine au mois de juin.

« Ce tournoi est très important pour moi, car il me donne la chance de représenter Équipe Canada, affirme-t-il. Je sais que tous les lutteurs seront excellents. C'est génial de représenter le Canada, de compétitionner sur la scène internationale pour la première fois, et de montrer aux gens la qualité de la lutte au Canada. »

Le jeune homme de 16 ans poursuit une impressionnante carrière, ayant réussi des exploits, comme décrocher l'or aux Championnats canadiens de lutte de 2022 (U15), à Calgary, ainsi que la médaille de bronze aux Championnats canadiens de lutte de 2023 (U17), à Vancouver. L'athlète métis de la rivière Rouge a aussi remporté l'or aux Jeux autochtones de l'Amérique du Nord de 2023, à Halifax, une expérience incroyable pour lui.

« J'ai eu tellement de plaisir à rencontrer tous ces gens des différentes provinces et à affronter des concurrents des États-Unis et de différentes régions du Canada, dit-il. Je me suis beaucoup amusé et j'étais entouré par une excellente équipe. C'était super. »

Chartrand va poursuivre son entraînement au cours des prochaines semaines en vue des championnats disputés du 27 au 29 juin. Il explique que ce programme d'entraînement est différent de son entraînement habituel.

« Je prévois de participer à des camps d'entraînement aux États-Unis et aussi de m'entraîner au Schewa Wrestling Club de Winnipeg. J'ai un plan pour améliorer ma force et ma condition physique et j'ai un objectif en tête pour ce tournoi. »

Le jeune Métis de la rivière Rouge a commencé à lutter à l'âge de neuf ans dans le but de s'améliorer au jiu-jitsu brésilien, un art martial et un sport de combat.

« J'ai été inspiré par les possibilités offertes par la lutte, comme les compétitions nationales et internationales. J'étais aussi intéressé par la possibilité de faire de la compétition sur la scène collégiale et universitaire », a-t-il ajouté.

L'athlète affrontera des compétiteurs de haut niveau représentant des pays comme les États-Unis, le Mexique, le Brésil et la Colombie. Chartrand dit être enthousiaste à l'idée de participer aux Championnats panaméricains de lutte de 2024 (U17), non seulement pour représenter le Canada, mais aussi la Fédération métisse du Manitoba (FMM).

« Je suis fier d'être Métis, je suis fier de représenter les Métis de la rivière Rouge et la FMM, et j'espère être une source d'inspiration et un modèle pour les jeunes Métis du Manitoba. » - Beau Chartrand


« Je suis fier d'être Métis, je suis fier de représenter les Métis de la rivière Rouge et la FMM, et j'espère être une source d'inspiration et un modèle pour les jeunes Métis du Manitoba », dit-il.

Chartrand sait que ce sport peut lui imposer des contraintes financières et il est reconnaissant de l'aide financière accordée par le gouvernement national des Métis de la rivière Rouge.

« J'ai été appuyé dans le cadre du programme de soutien athlétique et artistique Believe, ce qui m'a énormément aidé à couvrir les frais pour mon entraînement et mes déplacements », précise l'athlète.

Le programme Believe est géré par la FMM et permet d'offrir du soutien à de jeunes Métis de la rivière Rouge de 15 à 29 ans qui compétitionnent à de hauts niveaux dans un sport ou une activité.

Le jeune Métis de la rivière Rouge fréquente l'école secondaire tout en poursuivant sa carrière de lutteur. Il affirme que la gestion du temps joue un rôle important pour conserver un équilibre entre ses deux occupations.

« La gestion du temps est très importante pour trouver un équilibre entre les travaux scolaires, les déplacements et l'entraînement, explique-t-il. Je profite de l'heure du midi et du temps libre à l'école pour aller à la salle d'entraînement en vue de travailler sur ma force et ma condition physique ou encore pour faire mes travaux. Je profite aussi de mes fins de semaine. »

Beau n'est pas le seul lutteur dans la famille Chartrand. Sa sœur Anaka excelle aussi dans ce sport, ayant récemment remporté l'or aux Jeux autochtones de l'Amérique du Nord de 2023. Il raconte que le fait de lutter à de hauts niveaux avec sa sœur revêt un aspect sentimental pour lui.

« Ma sœur et moi avons traversé beaucoup d'épreuves ensemble et nous nous entraînons depuis un tout jeune âge. Avant, nous nous entraînions sur des matelas dans notre garage. On l'a fait ensemble et nous nous sommes améliorés ensemble. Cela a une grande signification pour moi de le faire ensemble, en équipe », explique-t-il.

Avec sa carrière de lutteur qui prend son envol, Beau Chartrand espère laisser sa marque dans ce sport.

« Je veux continuer à faire partie de l'équipe nationale du Canada et avoir du succès aux Championnats panaméricains en vue de me qualifier pour les Championnats mondiaux et pour pouvoir y participer. J'aimerais aussi continuer la compétition au niveau collégial et universitaire après mes études secondaires et peut-être un jour faire partie de l'équipe olympique canadienne. »


Un auteur métis de la rivière Rouge présente son premier roman

Liam Taliesin (à gauche) a eu la chance de partager son premier roman, Lithium Fire, avec le président de la FMM, David Chartrand (à droite).

Liam Taliesin est la preuve vivante que peu importe où l'on se trouve dans ce monde, on n'oublie jamais ses racines.

Son premier roman, Lithium Fire, se déroule à Winnipeg vers 1984 et relate l'histoire d'un incendie tragique qui a coûté la vie à trois personnes. L'histoire est racontée du point de vue de huit personnages, chaque chapitre reflétant leurs pensées, leurs sentiments et leurs expériences.

« Cette œuvre rend hommage à une époque et à un lieu qui n'existent plus, plusieurs de ces personnes et de ces endroits ayant disparu aujourd'hui, » a-t-il déclaré.

Ayant grandi dans le quartier nord de Winnipeg, M. Taliesin s'est inspiré de ses expériences vécues.

« J'ai appris qu'il est naturel pour les écrivains de vivre avec des fantômes. Ils nous hantent et nous amusent; ils nous charment, nous menacent, nous intimident et finalement nous séduisent. Souvent, ils se tiennent tranquilles en attendant patiemment leur tour à la barre. Après avoir passé ma vie à lutter contre des fantômes, je les intègre désormais dans mes œuvres, » a-t-il indiqué.

La capacité de M. Taliesin de donner vie à différents personnages de manière significative reflète l'intention de toute une vie. Son sentiment de responsabilité envers le partage des histoires qui l'ont touché personnellement et en sa qualité de créateur est la force motrice derrière son œuvre.

« Je porte en moi ceux et celles qui sont décédés; je les honore en les rapprochant de moi, en préservant leur héritage en gardant leur mémoire bien vivante sans regret ni rancœur, mais avec amour, » a-t-il déclaré. « De cette façon, ils continuent de vivre et me donnent des ailes. J'hérite de leurs forces et de leurs plus belles qualités. »

Le point de vue de l'auteur métis de la rivière Rouge sur l'écriture a changé au fil des ans.

« Par le passé, je prétendais que créer une œuvre d'art était un acte de courage. Aujourd'hui, je dirais qu'il s'agit d'une responsabilité sacrée qui doit être exercée avec humilité, humanité et une profonde reconnaissance de la qualité de l'effort, » a-t-il dit. « J'espère que le fait de raconter l'histoire de quelqu'un avec imagination interpelle les autres, touche une corde sensible et offre une vérité qui résonne. »

M. Taliesin a été un conteur toute sa vie et ne se limite pas à une seule forme d'écriture.

« En 1979, j'ai contribué à la création de la Manitoba Association of Playwrights que j'ai présidé pendant six ans. J'ai écrit St. Peter's Asylum (une pièce de théâtre qui a été présentée en première au Prairie Theatre Exchange), j'ai compilé et révisé les souvenirs d'une centaine d'anciens combattants dans un mémoire du temps de la guerre intitulé In Their Own Words, et j'ai écrit une série de nouvelles, The Prejudgment Day Blues and other tales of comic woe, » a-t-il indiqué.

C'est d'ailleurs ce qui l'a mené à s'installer au Québec, où il a poursuivi sa carrière artistique jusqu'à sa retraite en 2017.

« J'ai été dramaturge associé à Playwrights Montréal, où j'ai participé à la sélection et au développement de pièces de théâtre et fait la lecture d'œuvres soumises au Festival d'art dramatique du Québec et au Centaur Theatre, prodiguant des conseils aux metteurs en scène quant à la faisabilité de la représentation, » a déclaré M. Taliesin.

En tant que citoyen sans frontières, l'auteur est heureux de s'impliquer dans la communauté métisse de la rivière Rouge peu importe où il habite; il assiste même aux réunions de la section locale de Saint-Norbert de façon virtuelle. Il a de plus assisté à l'assemblée générale extraordinaire de l'an dernier à Winnipeg.

« Tout au long du weekend, j'ai été ému par les accolades, les poignées de main et le pur plaisir de me retrouver en famille au sein de la communauté, » a-t-il indiqué. « J'ai ressenti la chaleur humaine et l'esprit de générosité et d'accueil. Et pour ceux et celles d'entre nous qui vivent au-delà des frontières du Manitoba, c'était comme rentrer au bercail. »

Le weekend s'est terminé avec la ratification du Traité d'autonomie gouvernementale de la rivière Rouge.

« Nous avons été témoins de l'histoire et avons participé à un moment dont je me souviendrai longtemps - un moment qui rend hommage aux luttes de nos ancêtres, tout en nous encourageant à travailler plus fort pour façonner un avenir meilleur et plus prometteur pour nos descendants et léguer un bel héritage à nos jeunes, » a déclaré M. Taliesin. « La formidable énergie de cette expérience hallucinante m'a ému au-delà des mots et a renforcé mon engagement déjà solide envers la nation métisse de la rivière Rouge. »


Les médailles d'un ancien combattant métis de la rivière Rouge trouvent un nouveau foyer

En janvier, Julie Carver a communiqué avec le ministère des Anciens combattants métis de la rivière Rouge de la FMM pour faire don des médailles de services de son grand-oncle. Le soldat Robert Blanchard, ancien combattant métis de la rivière Rouge, fut tué au combat alors qu'il servait avec les Winnipeg Grenadiers à Hong Kong pendant la Deuxième Guerre mondiale. Une cérémonie commémorative a eu lieu le 16 mai à notre bureau principal, au cours de laquelle l'association commémorative des anciens combattants de Hong Kong et Anciens Combattants Canada ont présenté leurs salutations avant que Julie Carver remette les médailles au président Chartrand.

 


View More

B300-150 Henry Avenue, Winnipeg, Manitoba, R3B 0J7

^ * ( &

Métis Nation Database
Unite Interactive